• Admin

Handicap et recherche d’emploi : 5 façons de muscler sa confiance en soi

La confiance en soi est essentielle pour avancer, avec persévérance, dans sa recherche d’emploi.


Véronique Barani, jobcoach au sein de JAMO, explique comment muscler la vôtre et transformer votre quête de job en parcours riche d’enseignements.

Chercher un emploi demande de bons outils, certes, mais la confiance en soi est essentielle et demande un suivi constant durant tout le parcours des demandeurs d'emploi. Celle-ci doit être perceptible dans le CV, dans la lettre de motivation et pendant l’entretien d’embauche.

« Pour convaincre un recruteur, il faut être soi-même convaincu de ses capacités et de ses compétences », rappelle Véronique Barani, jobcoach au sein de JAMO. Voir dans chaque étape de la recherche d’emploi une expérience dont on peut tirer un enseignement, plutôt qu’une épreuve dévalorisante, renforce la confiance en soi. Un peu comme on assure son pas au fur et à mesure qu’on avance sur un chemin cahoteux.


1. Savoir qui on est : avec ou sans handicap, la recherche d’emploi demande de se connaître et de s’accepter

Ce chemin commence par la connaissance de soi. « Il s’agit de se connaître et de s’accepter, sans se surestimer ou se déprécier, pour déterminer un cadre de recherche d’emploi réaliste au regard de ses potentialités et de ses fragilités cognitives », explique notre jobcoach. L’exercice demande de prendre du recul afin de voir sa personnalité telle qu’elle est, pour rechercher un emploi et un environnement de travail en cohérence avec qui on est. Vous êtes timide ? Mieux vaut chercher un emploi qui ne vous expose pas, ou peu, ainsi, vous vous respectez. Faites également le point sur vos centres d’intérêts, professionnels et personnels, pour définir ce que vous aimez faire et identifier les tâches qui vous mettent à l’aise au quotidien.


2. Connaître ses talents : avoir conscience qu’avant un handicap, on a des compétences et des atouts

Il est important de distinguer ses compétences et ses atouts. Votre maîtrise d’Excel par exemple est une compétence. Savoir comment en tirer parti pour faciliter votre travail ou être plus efficace est un atout. « L’important est de dire que telle compétence permet d’obtenir tel résultat particulièrement appréciable. Il faut donc avoir conscience que c’est un atout et savoir communiquer sur ce point », souligne Véronique Barani.


3. Savoir quel but se fixer : comprendre son rapport au travail, ses objectifs et ses défis au regard de son handicap

Que représente le travail pour vous ? Que souhaitez-vous atteindre en visant tel poste ? Quel défi cela représente-t-il au regard de votre handicap cognitif ? Selon les personnes, le travail peut être avant tout un moyen de gagner sa vie, ou d’être reconnu socialement, ou un besoin de se sentir utile, de contribuer, etc. « Nous avons tous un idéal de travail. Le but est d’aller vers le travail idéal acceptable pour soi-même au regard de la réalité, du marché de l’emploi et de son handicap », poursuit notre jobcoach. Si vous êtes par exemple un jeune diplômé titulaire d’un BTS Assistant Manager, vous avez acquis, d’un point de vue théorique, ce qu’il fallait pour tenir cette fonction. D’un point de vue pratique, vous n’avez pas encore d’expérience, le marché est tendu, vous êtes en situation de handicap, vous allez adapter votre recherche d’emploi et vous fixer un premier objectif réaliste.


4. Vivre la recherche d’emploi comme une expérience, non comme une épreuve

Avoir fait le point sur soi, ses compétences, ses atouts, ses envies, ses motivations, ses points forts, ses points faibles permet de mieux savoir qui on est et de mieux se situer par rapport au marché du travail. On peut alors se lancer, en confiance, dans sa recherche d’emploi. « C’est un parcours qui ne va pas droit au but et qu’il faut aborder, quoi qu’il arrive, comme une expérience », ajoute Véronique Barani. Il contribue à la prise de conscience de ce que suppose la recherche d’emploi et permet de tirer les leçons des difficultés rencontrées, de mettre au jour de nouveaux paramètres dont il faudra tenir compte. A partir d’eux, on peut ajuster sa recherche pour la rendre plus efficace.


5. Relativiser l’échec, ce n’est qu’un refus d’emploi, pas le refus d’une personne

Entreprise ou candidat, chacun a un besoin. La première de compétences techniques, relationnelles et comportementales ; le second, d’un emploi. Si l’offre et la demande ne se rencontrent pas, c’est que ce n’est ni le bon moment ni le bon endroit. « Un candidat qu’on écarte d’un processus de recrutement n’est pas mis en cause en tant qu’individu, c’est juste qu’au regard de ses critères de sélection, le choix du recruteur s’est porté sur un autre candidat », rappelle notre jobcoach.


JAMO vous accompagne dans ce travail pour aborder la recherche d’emploi avec confiance, au travers d’un jobcoaching personnalisé.


L'équipe JAMO

0 vue

17 Rue Robert-Houdin. 75011 Paris

emploi.accompagne75@ladapt.net | 01 43 14 31 99 | 07 55 65 94 74

© 2020. LADAPT